Thierry BOSQUET

Les gouaches de Thierry Bosquet

Thierry BOSQUET a été biberonné dans les coulisses du Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles où son grand père était directeur. Eduqué dans le monde de la musique, des théâtres, des musées, ses parents lui font découvrir tous les châteaux, tous les palais, les jardins les plus privés, les plus secrets d’Italie et de France. C’est donc naturellement que dès ses six ans il choisisse sa voie. A 11 ans, il revient bouleversé d’émerveillement d’une visite au château de Versailles. A 21 ans, ces études de scénographe, à La Cambre, à peine terminées, il crée son premier décor « le barbier de Séville » pour le Théâtre Royal de la Monnaie. Suite à quoi, durant plus de vingt années, Il y exerce ces talents de créateur de décors et de costumes de théâtre. Il devient le collaborateur privilégié de son ami, le chorégraphe et danseur, Maurice Béjart.

Son immense créativité artistique lui ouvre les portes de tous les théâtres et opéras du monde entier. Que ce soit du San Francisco Opera au Théâtre Bolchoï à Moscou en passant par la Scala de Milan, tous font appel à lui. Le monde du cinéma, également, est sensible à son imaginaire fascinant. Il serait réducteur de n’évoquer que la scène, Thierry Bosquet réalise également des fresques murales, de somptueux trompe- l’œil, des peintures à la gouache, des maquettes. Il a participé à la restauration du château du Prince de Chimay. Passionné par Versailles, il recrée en illustrations le Versailles disparu pour un très intéressant livre « La vie dans le Grand Parc au temps de Louis XIV ». Ceci lui faudra d’être décoré de la Croix de Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres par Monsieur le ministre Mitterrand.

En 2014, S.M. Philippe de Belgique lui confère le titre de Chevalier.

Actuellement, Thierry Bosquet prépare les décors et costumes pour « Elisabeth – la vraie vie de Sissi l’Impératrice » qui sera présenté, en plein air, dans la cour du château du Karreveld.

Cet été, nous avons le plaisir de pouvoir proposer quelques-unes de ses gouaches.

%d blogueurs aiment cette page :